X
Se connecter
No hint
Créer un compte
un partenariat rue des écoles Maif
X
Tape le titre d'une histoire
Albums et histoires

Jojo et la couleur des odeurs

Jojo et la couleur des odeurs - illustration 1
Ce matin-là, Jojo dormait.
Enfin, presque.
Il entendait le flic-flac des roues des voitures…
Il comprit que, ce jour-là, il pleuvait sur la ville.
Aux bruits du matin, il sut qu'il était en retard.
Mais à l'odeur du pain grillé, il apprit que le petit-déjeuner était prêt et se réveilla pour de bon.
Sur le chemin de l'école, Jojo était pensif.
Les odeurs et les bruits ont une couleur.
Même si je ferme les yeux, je sais où je suis.
Devant la boucherie, ça sent le poulet rôti.
Devant la boulangerie, il y a cette bonne odeur de pain chaud.
Je dois donc être au coin de la rue des Lilas. Je tourne à droite, l'école est au bout.
Jojo et la couleur des odeurs - illustration 2
Ah ! Voici les grilles de l'école !
Qui a pu se parfumer ainsi ? Lætitia ? Élodie ?
Par contre, Albert ne s'est pas lavé !
Ça va, les gars ? Je m'amuse à deviner où je suis sans regarder !
Toi, tu es Thomas, je te reconnais à ta coupe de cheveux !
« Eh ! »
Ce n'est pas drôle ! Rendez-moi mon cartable ! Je vais le dire à la maîtresse !
À vue de nez, là, c'est les cabinets…
Deux portes plus loin, c'est la salle des maîtres.
« Maîtresse ! Ils m'ont piqué mon cartable ! »
Je me suis trompé… C'est le bureau du directeur. La maîtresse doit être déjà en classe, à cette heure.
Ah zut ! Ça, c'est Élodie qui a laissé traîner sa corde à sauter…
Tiens… qu'est-ce qu'elle a mis au bout de sa corde ?
Sacrée Elodie ! Un pistolet à eau !
Jojo et la couleur des odeurs - illustration 3
Vite, allons en classe, je dois être en retard.
« Excusez-moi, Maîtresse, je suis un peu en retard parce que… »
Pas de réponse ? Tant pis. J'ouvre les yeux !
Un retard de plusieurs milliers d'années ! J'ai dû me tromper quelque part !
C'est vrai que le temps qui passe, ça ne fait pas de bruit, ça n'a pas d'odeur !
« Pssst ! »
« Vous pouvez m'aider à traverser ? »
« Volontiers, Monsieur. »
Source : Bruno Heitz, Jojo et la couleur des odeurs, Circonflexe
Partager
Partager sur Tweeter